Schau vorbei!
LEDCity AG
Werdstrasse 21
8004 Zürich
Folge uns!
Découvrir maintenant le calculateur d'énergie.

À qui souhaitez-vous adresser votre demande?

Vous souhaitez être conseillé personnellement ?

portrait patrik kuster led city CMD
catrina klee ledcity
julian wiederkehr ledcity

Nous nous ferons également un plaisir de vous conseiller personnellement afin de trouver la solution d'éclairage optimale pour votre domaine d'application ! Nous nous réjouissons d'avoir de vos nouvelles !

Prendre rendez-vous

Kontakt Overlay (FR)

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Vous souhaitez être conseillé personnellement ?

portrait patrik kuster led city CMD
catrina klee ledcity
julian wiederkehr ledcity

Nous nous ferons également un plaisir de vous conseiller personnellement afin de trouver la solution d'éclairage optimale pour votre domaine d'application ! Nous nous réjouissons d'avoir de vos nouvelles !

Prendre rendez-vous

Kontakt Overlay (FR)

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Demandez votre
devis maintenant.

catrina klee ledcity
julian wiederkehr ledcity

Nous nous ferons un plaisir de vous conseiller personnellement pour trouver la solution d'éclairage idéale pour votre application !

Prendre rendez-vous

À qui souhaitez-vous adresser votre demande?

Vous souhaitez être conseillé personnellement ?

portrait patrik kuster led city CMD
catrina klee ledcity
julian wiederkehr ledcity

Nous nous ferons également un plaisir de vous conseiller personnellement afin de trouver la solution d'éclairage optimale pour votre domaine d'application ! Nous nous réjouissons d'avoir de vos nouvelles !

Prendre rendez-vous

Kontakt Overlay (FR)

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Vous souhaitez être conseillé personnellement ?

portrait patrik kuster led city CMD
catrina klee ledcity
julian wiederkehr ledcity

Nous nous ferons également un plaisir de vous conseiller personnellement afin de trouver la solution d'éclairage optimale pour votre domaine d'application ! Nous nous réjouissons d'avoir de vos nouvelles !

Prendre rendez-vous

Kontakt Overlay (FR)

Ce champ n’est utilisé qu’à des fins de validation et devrait rester inchangé.

Demandez votre
devis maintenant.

catrina klee ledcity
julian wiederkehr ledcity

Nous nous ferons un plaisir de vous conseiller personnellement pour trouver la solution d'éclairage idéale pour votre application !

Prendre rendez-vous
Panorama von Zuerich @ mm
Articles de Blog - 20. juillet 2022

Défis dans le secteur du bâtiment

Défis dans le secteur de la construction.

Bien que de nombreuses grandes entreprises se soient désormais fixé des objectifs nets zéro, nous avons reçu des nouvelles inquiétantes de Berne le 11 avril 2022. Malgré la pandémie, l’hiver chaud et le montant record des financements, nous ne parvenons pas à atteindre notre objectif climatique de réduire les émissions de gaz à effet de serre en Suisse de 40 % d’ici à 2020 par rapport à 1990. Le secteur du bâtiment étant responsable de plus de 25 % des émissions de CO2, il faut continuer à promouvoir la construction ou la rénovation durable. Mais nos voisins du nord ont également du mal à atteindre leurs objectifs de réduction des émissions de CO2 : Le secteur allemand du bâtiment a dépassé le niveau d’émissions annuel autorisé en 2021. Quels sont les défis pour les acteurs du secteur du bâtiment ? Pourquoi le secteur du bâtiment est-il également considéré comme un enfant à problèmes en matière de climat ? L’innovation nécessaire fait-elle défaut ?

La diminution du rendement des biens immobiliers n’est sans doute pas la seule chose qui préoccupe aujourd’hui les acteurs du secteur du bâtiment. En Suisse, les bâtiments consomment environ 40 % de l’énergie et étaient responsables de 23,9 % des émissions totales de CO2 en 2020, selon l’inventaire des gaz à effet de serre récemment publié par l’Office fédéral de l’environnement – ce qui correspond à 10,38 millions de tonnes de CO2. Par rapport à l’année de référence (1990), cela correspond à une réduction de 39 %. Cela signifie que le secteur de la construction a manqué de peu l’objectif de réduction des émissions de 40 % que le gouvernement fédéral s’était fixé en 2011 avec la loi sur le CO2. À long terme, la tendance à la réduction sera caractérisée par l’amélioration de l’efficacité énergétique des nouveaux bâtiments et la rénovation des bâtiments existants. Dans les bâtiments existants, les systèmes de chauffage au mazout et au gaz sont de plus en plus souvent remplacés par des pompes à chaleur. Les énergies renouvelables sont également de plus en plus utilisées. Cependant, les conditions météorologiques ont également une influence significative sur les émissions annuelles. Lorsque les températures sont plus douces, les combustibles fossiles utilisés pour le chauffage sont nettement moins nombreux. Par exemple, l’année 2010 a été nettement plus froide que l’année 2011, avec une température annuelle moyenne de 4,68 degrés Celsius. Par conséquent, 3,16 millions de tonnes d’équivalents CO2 de plus ont été émises en 2010 qu’en 2011. Il est impossible de dire avec certitude quelle part de cette réduction est due à la température annuelle moyenne et quelle part est due aux mesures de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Le fait est qu’il existe une boucle de rétroaction positive.

diagramm treibhausgasemissionen im gebaeudebereich v
Au cours de la période entre 2010 et 2020, les émissions de gaz à effet de serre ont diminué de 35 % (Office fédéral de l'environnement, 2022). Au cours de la même période, la température moyenne annuelle en Suisse a augmenté de près de 45 % (Office fédéral de la météorologie et de la climatologie, 2022).

Quelle est la situation en Allemagne ?

La tendance à la réduction des émissions de CO2 et de la consommation d’énergie – mais pas assez rapidement – n’est pas propre à la Suisse. Selon le ministère fédéral de l’économie et de la protection du climat, cette tendance se manifeste également en Allemagne : Alors que le secteur du bâtiment était responsable de 210 millions de tonnes de CO2 en Allemagne en 1990, ce chiffre ne sera plus que de 115 millions de tonnes d’équivalents CO2 en 2021. Les émissions de CO2 ont donc été réduites d’un peu moins de 43 %. Néanmoins, le secteur du bâtiment dépasse toujours le volume d’émission annuel autorisé de 113 millions de tonnes de CO2 et reste donc responsable de près de 30 % de l’ensemble des émissions de CO2. D’ici 2030, le gouvernement allemand de Berlin s’est fixé pour objectif de limiter les émissions causées par les bâtiments à 67 millions de tonnes de CO2, soit une réduction de près de moitié. Les ambitions sont donc claires. Beaucoup a été fait ces dernières années en matière de durabilité – il existe de nombreux exemples de personnes et d’entreprises qui ont réalisé des choses extraordinaires. Toutefois, pour atteindre ces objectifs, des mesures plus radicales doivent être prises et mises en œuvre de manière plus cohérente. Mais pourquoi les bâtiments sont-ils de si gros pollueurs ?

Le parc immobilier est un gros pollueur - pourquoi ?

En Suisse, la construction est solide. Les nombreuses réglementations strictes, par exemple dans les domaines de la protection contre les incendies, de la protection contre les chutes et de la protection contre les tremblements de terre, se traduisent par une qualité de construction élevée, ce qui explique que les bâtiments restent en service pendant une demi-éternité – de préférence sans aucune modification. Toutefois, cette longévité signifie également que de nombreux bâtiments ne répondent plus aux exigences actuelles en matière d’efficacité énergétique. En Suisse, par exemple, 80 % des bâtiments ont été construits avant 1990. À l’époque, les premières règles de construction venaient d’entrer en vigueur. La situation est très similaire dans l’Union européenne. En février 2020, la Commission européenne a indiqué qu' »environ 75 % du parc immobilier de l’UE peut difficilement être qualifié d’efficace sur le plan énergétique ». Si nous voulons atteindre nos objectifs climatiques, tous les bâtiments doivent être rénovés afin de les rendre plus efficaces sur le plan énergétique. L’ampleur de cette tâche gigantesque apparaît clairement lorsque l’on considère le taux de rénovation actuel des bâtiments dans l’UE, qui est d’un peu moins d’un pour cent. Le taux de rénovation décrit la proportion de bâtiments qui sont rénovés chaque année. La rénovation est définie comme tout changement ou remodelage qui entraîne une augmentation notable de la valeur du bâtiment en question. Si nous continuons au rythme actuel, il faudra plus d’un siècle pour que tous les bâtiments de l’UE soient rénovés. En Suisse, le taux de rénovation est d’environ 2 %. Cette inertie doit être prise en compte dans la politique climatique lorsqu’il s’agit d’envisager des mesures visant à moderniser l’efficacité énergétique des bâtiments existants. Dans d’autres domaines, comme le secteur automobile, les réductions d’émissions peuvent être obtenues beaucoup plus rapidement grâce à l’utilisation de nouvelles technologies, la période de rénovation ne dépassant pas 15 ans.

Certains signes indiquent que le rythme de rénovation des bâtiments s’accélère. En 2020, le programme Bâtiments a distribué plus de fonds que jamais. 299 millions de francs ont été consacrés à des projets de rénovation et de construction. Le secteur de la technique du bâtiment, en particulier, a connu une forte augmentation. De nombreux projets dans ce domaine ont été soutenus à hauteur de 62 millions de francs, ce qui correspond à une augmentation de 65 %. Dans l’ensemble, les projets soutenus par le programme Bâtiments et mis en œuvre en 2020 permettront d’économiser 1,4 million de tonnes de CO2 sur la durée de vie des installations. Néanmoins, l’Office fédéral de l’énergie estime également que le taux de renouvellement est trop faible. La question se pose toutefois de savoir pourquoi il est si difficile d’assainir les bâtiments existants de manière efficace sur le plan énergétique.

Gebäudesanierung: Oui - mais d'une certaine manière, non ?

“The decade of action has begun,” says Lori Mabardi, ESG research director at JLL. “Retrofitting existing buildings, whenever possible, will be essential to meet market demand for net-zero carbon space and help with the transition to a low carbon world.”

– (L. Mabardi, JLL, 2022)

Groupes d’intérêts différents avec des exigences différentes.

Depuis toujours, il y a eu des conflits d’intérêts entre ceux qui possèdent la terre et ceux qui l’utilisent. Par exemple, au Moyen Âge, les seigneurs féodaux exigeaient une certaine compensation des paysans pour la terre qu’ils mettaient à leur disposition, que ce soit sous forme de taxes ou d’une part de la récolte. Beaucoup de choses ont changé depuis le Moyen Âge, y compris la relation entre les différents acteurs du secteur du bâtiment. Aujourd’hui, de nombreux bâtiments n’ont pas seulement un propriétaire et un locataire, mais souvent plusieurs propriétaires par bâtiment. De plus, des investisseurs, des gestionnaires immobiliers et des responsables de la maintenance sont également impliqués. Tous ont des exigences différentes, ce qui rend la rénovation énergétique complexe et laborieuse.

La rénovation d’un bâtiment entraîne des coûts importants. Les investissements dans des éléments tels qu’une pompe à chaleur, une nouvelle enveloppe du bâtiment ou des rénovations d’éclairage dans les espaces communs sont souvent réalisés par le propriétaire. Cependant, c’est le locataire qui bénéficie des économies d’énergie sous forme de coûts énergétiques plus bas. Cette inégalité conduit souvent à la mise en œuvre trop rare et trop tardive de mesures d’efficacité énergétique. Mais ce n’est pas le seul problème.

Manque de données et de connaissances.

Ce n’est pas seulement en raison des demandes divergentes des groupes d’utilisateurs que les mesures nécessaires ne sont souvent pas prises. Dans de nombreux cas, les décideurs n’ont pas les données nécessaires pour évaluer les émissions de gaz à effet de serre de leurs bâtiments. Il s’agit par exemple d’informations fondamentales telles que la consommation d’énergie par objet. La difficulté ne réside pas tant dans le fait que les données ne sont pas collectées (peuvent l’être), mais qu’elles n’atteignent pas le décideur. Ce problème persiste dans l’ensemble des portefeuilles immobiliers. Un tel manque de données rend bien sûr difficile l’identification des bonnes mesures et, en fin de compte, leur mise en œuvre. De nombreuses entreprises immobilières travaillent actuellement à la collecte de ces données. Par exemple, de tels données peuvent être collectées en temps réel grâce à des systèmes d’éclairage pilotés par des capteurs. À l’aide de divers outils, elles collectent, gèrent et analysent les données de leurs biens immobiliers. Face aux objectifs climatiques ambitieux des gouvernements, cela peut sembler un peu tardif et doit être intensifié. Cependant, ce ne sont pas seulement les entreprises immobilières qui éprouvent des difficultés avec les objectifs climatiques et leur mise en œuvre. Une étude du Boston Consulting Group confirme que de nombreuses entreprises continuent d’avancer à l’aveuglette sur la voie de la neutralité carbone. Selon le Boston Consulting Group, seuls neuf pour cent de toutes les entreprises peuvent quantifier précisément leurs émissions de gaz à effet de serre.

Même si les groupes d’intérêt sont sur la même longueur d’onde et que les données nécessaires sont disponibles, il peut parfois être difficile de mettre en œuvre la rénovation énergétique. Car déjà aujourd’hui, il manque le personnel qualifié nécessaire, comme le montre une initiative d’énergiesuisse. Au printemps 2022, elle a lancé la campagne éducative « Bildungsoffensive Gebäude » en collaboration avec 18 associations sectorielles. Le cœur de cette campagne éducative est une feuille de route décrivant 32 mesures. L’objectif est de promouvoir à la fois l’éducation formelle et informelle dans le secteur du bâtiment. De plus, des synergies avec d’autres secteurs doivent être développées, et l’image du secteur du bâtiment doit être améliorée. Ces mesures devraient contribuer à atteindre les « objectifs énergétiques et climatiques du gouvernement », comme indiqué sur le site web d’énergiesuisse.

Essayez l'extraordinaire.

Les nouvelles constructions ne doivent pas dépasser une consommation de 45 kWh/m2. Sinon, elles ne recevront pas d’autorisation de construction – c’est aussi simple que cela. Cependant, pour les bâtiments existants, la consommation se situe entre 100 et 200 kWh/m2, et ils restent en service sans problème. C’est là que se trouve donc le levier important pour réduire les émissions. Il faut donc des concepts innovants qui simplifient la rénovation énergétique et les réinvestissements dans les bâtiments existants, par exemple, en adoptant une approche modulaire. Par conséquent, il n’est pas judicieux, par exemple, de remplacer les tubes fluorescents, qui seront progressivement éliminés d’ici septembre 2023, par des luminaires complets. En cinq ans, ils seront techniquement obsolètes, ce qui nécessitera le remplacement de l’ensemble du luminaire. Il est donc préférable de privilégier des sources lumineuses facilement remplaçables et écoénergétiques. Grâce à la modularité, nous pouvons également garantir à l’avenir que les bâtiments sont équipés de la dernière technologie et contribuent à rendre la planète plus verte.

Pour que de tels concepts innovants, modulaires et durables perdurent à long terme, il est nécessaire d’harmoniser les intérêts de tous les acteurs du secteur du bâtiment – propriétaires, locataires, investisseurs, gestionnaires d’actifs, gestionnaires d’installations, gestionnaires immobiliers, établissements d’enseignement supérieur, fournisseurs de matériaux de construction et start-ups. Nous devons nous engager à donner une chance aux mesures encore peu répandues et ne pas nous satisfaire du statu quo par commodité. Chaque investissement dans un bâtiment devrait contribuer à réduire les émissions à l’avenir. Une telle harmonisation porte ses fruits pour toutes les parties impliquées, mais surtout pour notre environnement

Pouvons-nous vous assister dans la rénovation énergétique de votre portefeuille immobilier ?

Particulièrement pour les bâtiments existants, nous identifions le défi selon lequel il est souvent inutilement complexe d’installer ultérieurement un contrôle adapté des éclairages en fonction des besoins. C’est là que notre système d’éclairage intelligent Plug-and-Play intervient. Nos ampoules dotées de capteurs intégrés peuvent être facilement installées dans les douilles existantes. Grâce à une simple conversion, la consommation d’énergie peut être réduite jusqu’à 90 %. Contactez nous pour une consultation.

Let`s Connect.

Vous voulez en savoir plus sur nous ?
N’hésitez pas à nous contacter !

Pour toute question, veuillez vous adresser à [email protected]

Cookie-Einstellungen
Auf dieser Website werden Cookie verwendet. Diese werden für den Betrieb der Website benötigt oder helfen uns dabei, die Website zu verbessern.
Alle Cookies zulassen
Auswahl speichern
Individuelle Einstellungen
Individuelle Einstellungen
Dies ist eine Übersicht aller Cookies, die auf der Website verwendet werden. Sie haben die Möglichkeit, individuelle Cookie-Einstellungen vorzunehmen. Geben Sie einzelnen Cookies oder ganzen Gruppen Ihre Einwilligung. Essentielle Cookies lassen sich nicht deaktivieren.
Speichern
Abbrechen
Essenziell (1)
Essenzielle Cookies werden für die grundlegende Funktionalität der Website benötigt.
Cookies anzeigen
Statistik (1)
Statistik Cookies tracken den Nutzer und das dazugehörige Surfverhalten um die Nutzererfahrung zu verbessern.
Cookies anzeigen